Ziya Tabassian, tombak et percussions

Biographie [English]

Ziya Tabassian commence à jouer le tombak dès l’âge de 11 ans. Après une période d’initiation en Iran, il continue sa formation en autodidacte suivant la méthode du Maître Téhrani. De 1994 à 2001, il a étudié les percussions classiques auprès de Julien Grégoire et il obtient un baccalauréat en interprétation de l’Université de Montréal. En hiver 2002, Ziya a suivi une période de perfectionnement en tombak, auprès de M. Bahman Rajabi, en Iran. Il a été en résidence au Banff Centre for the arts, en hiver 2003, où il a exploré le répertoire contemporain sur le tombak.

Comme percussionniste, Ziya Tabassian est appelé à jouer dans plusieurs ensembles autant dans le milieu de la musique classique et contemporaine que dans le l’univers des musiques du monde. Il est membre fondateur de l’ensemble Constantinople et du Duo Prémices. Il a collaboré avec plusieurs autres solistes et ensembles notamment Keyhan Kalhor, Liu Fang, Kronos Quartet, En Chordais, Studio de musique ancienne de Montréal, l’ensemble Caprice, avec qui il a donné des concerts au Canada, aux Etats-Unis, en Grèce et en Allemagne. Ziya est membre du conseil d’administration de Codes d’Accès, organisme de musique de création, en tant que responsable de la programmation.

Plusieurs fois boursier du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada, il a plusieurs disques à son actif dont Jardins de la mémoire avec son frère Kiya Tabassian et trois disques avec l’ensemble Constantinople sous étiquette Atma. Il a collaboré également à des enregistrements avec le Kronos Quartet, le Nouvel Ensemble Moderne et En Chordais, et on peut régulièrement l’entendre sur les ondes de Radio-Canada.

cliquez ICI pour le photo.

Le Tombak

Le principal instrument de percussion de la musique savante persane, le tombak ou le zarb est un tambour à une peau, taillé dans un tronc de noyer ou de mûrier et recouvert d’une peau de chèvre ou d’agneau. Le tombak est joué avec les deux mains nues par des mouvements du poignet et des doigts. La souplesse et la vélocité de ses mains, permettent au musicien, d’exercer une vaste diversité de frappe et donc avoir une grande étendue de timbre et de couleur.

Dans l’interprétation de la musique savante persane, le tombak assume un double rôle. Un rôle qui est de l’ordre métrique, et l’autre qui est un rôle mélodique. Ces deux dimensions, respectivement verticale et horizontale, sont traduites dans un langage rythmique structuré et sophistiqué qui est propre à la musique savante persane. Les phrases cycliques, la métrique de la poésie, les rythmes composés et le développement en variation sont quelques éléments de ce langage.

Artist's homepage: www.ziyatabassian.com

retour